Olivier Roellinger [partie 1 : demain sera mieux]

Le 7 novembre 2008, Olivier Roellinger a rendu son tablier de chef et ses trois étoiles, pour partir vers d’autres aventures, tout en préservant son entreprise, les Maisons de Bricourt. Sa santé, l’avenir de sa famille et de ses collaborateurs, ceux que ce marin breton appelle son « équipage », dépendaient de cette décision courageuse. Depuis, il n’a peut-être jamais été aussi occupé. Il a développé son commerce d’épices, dont il est l’un des artisans les plus réputés dans le monde, et il a pris la vice-présidence des Relais & Châteaux, dès 2009. Là, il poursuit un engagement qui est arrivé avec l’âge et la prise de conscience. Il a notamment élaboré un manifeste en 20 points signé par les chefs de l’association, pour la sauvegarde des produits de la terre et pour la diversité des cuisines du monde.

Dans la première partie d’un long entretien qui en comporte trois autres (« La Mer », « Le Rôle des Chefs », « La Transmission »), il dresse un état des lieux à la fois alarmant, sur ceux qui se sont appropriés l’alimentation de tous, qui empoisonnent la terre et les assiettes, exploitent les artisans, mais aussi porteur d’espoir, sur l’énergie d’une jeunesse qui veut changer le monde. Il milite pour une « révolution délicieuse » où chacun prendrait sa part, les producteurs, les chefs, les consommateurs et les hommes politiques. Il faut écouter cette grande voix et la suivre sur ce chemin parfois tortueux mais beau comme un coucher de soleil à l’horizon de Cancale.

S.M.

Entretien : Stéphane Méjanès
Réalisation : Jean-Marc Cortade
Images : AllTimz
Montage : Afideis Production

Merci à Olivier et Hugo Roellinger, et à toute l’équipe des Maisons de Bricourt, qui nous ont reçus comme des rois que nous ne sommes pas.

Vous pouvez utiliser les balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>