Pour avoir eu la chance (car cela en reste une) de manger dans quelques adresses célébrées par certains classements mondiaux, dont la pertinence et la méthodologie sont aussi obscures que le Vantablack, je dois reconnaître être resté parfois un peu perplexe devant mon assiette. D'un esprit relativement ouvert par nature, je ne suis pas du genre à m'accrocher à quelques illusoires idées de tradition, et fais partie de ceux qui considèrent que la cuisine doit évoluer. Cependant, le sens de cette évolution m'échappe parfois, tant il semble que l'originalité à tout prix en soit devenue l’un des principaux moteurs.

Lire

La 3e édition de la Paris Cocktail Week se déroule du 21 au 28 janvier, dans 50 lieux de la Capitale, bars mais aussi restaurants. La rencontre entre cocktail et gastronomie s'est imposée comme une évidence pour Thierry Daniel et Eric Fossard, créateurs de l'événement à travers leur agence, Liquid Liquid. Ils y voient notamment l'occasion de faire sortir le cocktail des lieux spécialisés. Giovanni Passerini recevra par exemple son compatriote Agostino Perrone, basé à Londres et élu meilleur barman du monde, tandis que La Maison Plisson accueillera un brunch hybride. Côté artisans, Benjamin Darnaud taillera le bout de gras dans sa boucherie Viande & Chef avec Frédéric Le Bordays (L'Artisan) et Ismaël Drissi-Bakhkhat (Huîtres Saint-Honoré) offrira ses fruits de mer à la créativité de Khaled Derouiche (Le Derrière), au Andy Wahloo.

Lire

Il servit le cerf d'un coup net, à la naissance du cou, la dague plantée là où la carotide palpite sous le poil court. L'écume blanche accumulée par la traque y avait gravé comme le ressac des vagues. Le sang jaillit, baignant l'air d'une odeur de fer. La tête bascula, les épois des bois fichés dans une touffe d'oxalis. Extirpé de l'animal dépecé, le cœur fut découpé en fines lamelles déposées sur une mousse aussi odorante que verte. Le fémur, pris en étau sous les coups répétés de deux grosses pierres, se brisa. Le chasseur se régala de la moelle tiède mêlée aux tranches de cœur infusées des arômes frais et boisés de la mousse et de l’oxalis. Ainsi il s'appropria l'âme du vivant. Ainsi le chasseur devint plus invincible encore, et dévora l'expérience de la proie.

Lire

On vous sert du kale ? Résistez. On ne saurait incriminer un légume. Le végétal est innocent et sans défense. Il ne peut pas s’enfuir devant le prédateur (vache, lapin, hipster). Ce n’est pas la faute du kale s’il a été sorti des clapiers pour devenir panacée, herbage qui donne du sens à la vie, et même projet. À ce propos, googlez the Kale Project, croisade d’évangélisation par le kale menée par une Américaine auprès des Français, trop sous-développés pour apprécier les superfoods comme substitut de la vie intérieure. Par quelle magie a-t-elle réussi à fourguer à nos chefs et à nos maraîchers cette crucifère sans intérêt, je n’en sais rien, mais les résultats sont là : les plumes vertes sont sur tous les marchés et dans les magasins bio, mais ce n’est pas le pire : après en avoir trouvé deux ou trois fois sur mon assiette au restaurant, je décide de pousser un grand cri.

Lire