e n’aime pas l’eau, pas la peine d’insister, jeune homme ! Je n’ai pas envie de jouer le rôle de la femme digne et irréprochable… J’assume pleinement mes vices. « Eau plate ou gazeuse ? », c’est pour moi la question qui tue. Vous perdez votre temps, cette proposition (pas même indécente) n’excite aucunement mes papilles. Psychologiquement, au bout d’un verre j’ai déjà l’impression de me noyer. Physiquement, au bout de deux, je ballonne. À trois, j’ai des sueurs froides…

Comprenons nous, ladite sensation ne m’arrive jamais avec un Haut-Brion, un Gruaud-Larose ou un Phélan Ségur ! Va savoir pourquoi ? Peut-être parce qu’avec le jus de raisin, on me propose un voyage intense et riche. Avec l’eau, c’est simple, je m’ennuie. Je m’étiole tellement que je suis à l’affût de tous les dérivatifs possibles. Encore faudrait-il qu’une alternative me soit proposée… Et là, le constat est cruel, c’est peut-être mon côté chameau, mais je vous assure que c’est le désert de Gobi ! Là, mon garçon, tu sèches en t’excusant platement, si j’ose dire…

Moi, je rêve seulement du jour où un chef, un directeur de salle, auront la sympathique délicatesse de m’offrir une carte des eaux avec des offres alléchantes, de douces mixtures issues d’une macération de fleurs, de racines ou d’agrumes, tout simplement. Une sorte de potion magique qui viendrait pleinement sublimer les poissons, les légumes, les desserts de la carte. À cette évocation, je commence à saliver…

Oh la la, je vous vois venir… Il ne s’agit nullement de suivre les préceptes d’une cure ayurvédique avec eau chaude à base de racines infusées en récitant des mantras. Mais, savoir que la mauve frisée du Tibet ou d’Indonésie, voire le séné d’Afrique pourraient offrir des horizons encore inconnus à nos palais, tout en purifiant nos corps d’Occidentaux saturés, voilà une perspective qui me met l’eau à la bouche. Mieux que ça, offrir une alternative d’eau aromatisée, infusée, macérée, devrait surtout permettre d’entraîner la dégustation d’un plat sur un autre chemin, vers une autre expérience client.

Cela mérite en tout cas une petite discussion autour d’un verre. Vous prendrez quoi ? Pour ma part, le choix est fait, avec modération bien sûr.

 

Laurence Boudou
Présidente de la SAS Bruit de Table
En charge des partenariats

Eau rage, Eau désespoir !

Vous pouvez utiliser les balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>