Dans la troisième partie d’un long entretien qui en comporte quatre Olivier Roellinger revient sur le rôle des chefs, central à plus d'un titre pour que les choses changent. Il souligne entre autres la responsabilité qu'il y a à s'intéresser non seulement aux produits, mais aux producteurs, aux artisans, à les connaître, à établir une collaboration qui enrichisse chacun, pas seulement dans un rapport d'argent.

Lire

Dans la deuxième partie d'un long entretien qui en comporte quatre ("Demain sera mieux", et à venir "Le Rôle des Chefs" et "La Transmission"), il dresse un état des lieux des ressources halieutiques, une préoccupation de toujours pour ce Breton à l'esprit voyageur. Il raconte sa prise de conscience, son engagement pour une mer qui n'est ni un garde-manger inépuisable ni la poubelle de tous nos déchets.

Lire

Le 7 novembre 2008, Olivier Roellinger a rendu son tablier de chef et ses trois étoiles, pour partir vers d'autres aventures, tout en préservant son entreprise, les Maisons de Bricourt. Sa santé, l'avenir de sa famille et de ses collaborateurs, ceux que ce marin breton appelle son "équipage", dépendaient de cette décision courageuse. Depuis, il n'a peut-être jamais été aussi occupé.

Lire

La saison des prix se termine. Elle a commencé par l'attribution des étoiles du Guide Michelin, s'est poursuivie par la révélation du classement du World's 50 Best Restaurants, et vient de s'achever par les prix des guides Pudlo et Lebey. On se congratule, on boude, on rit, on pleure, mais qu'est-ce que tout cela dit de la gastronomie ?

Lire

Après avoir longtemps cuisiné dans sa ferme d’Hegia, au Pays Basque, Arnaud Daguin défend aujourd’hui une agriculture du vivant, durable et responsable. Eco-passeur, il a conçu l’échelle de Riches-Terres comme un outil de mesure de la qualité des produits. Pour Bruit de Table, il explique son projet avec des mots qui touchent au coeur de […]

Lire

"Organisée et solidaire." Ce n'est pas un slogan marketing mais une réalité pour le Comité interprofessionnel de Gestion du Comté (CIGC). Depuis sa création officielle, le 11 juin 1963 sous le nom de "Comité Interprofessionnel du Gruyère de Comté", les producteurs de lait (2 600 exploitations agricoles aujourd'hui sur trois départements : Doubs, Jura et Ain), les transformateurs (150 ateliers de fabrication appelés fruitières) et les affineurs (16 maisons) jouent collectif pour maintenir la qualité de leur fromage au lait cru à pâte pressée cuite, AOP depuis 1996, autant que leur qualité de vie…

Lire