Cyril Lignac est le cuisinier le plus populaire de France. Dès 2005, il a été le pionnier d’une nouvelle forme d’émissions culinaires à la télévision avec « Oui Chef ! » (M6). Depuis 12 ans, il n’a jamais quitté les écrans, tout en construisant un groupe qui compte aujourd’hui 11 établissements : 4 restaurants, dont un restaurant étoilé, le Quinzième, 5 pâtisseries et 2 chocolateries. À 40 ans, il a trouvé son équilibre, entre médiatisation et construction d’un groupe de 150 personnes.

Lire

« Street food » , voici un mot à la mode qui désigne pourtant un concept vieux comme le monde : le fait de prendre son repas sur le pouce lors d’une courte pause. Tout le monde ne peut pas déjeuner tous les jours au restaurant, que ce soit pour des raisons de temps ou de budget ? Mais tout le monde peut manger un bon sandwich !

Lire

La question du pain au restaurant reste ouverte. S'il est presque toujours facturé de façon visible dans les pays du sud de l'Europe, notamment en Italie, il est gratuit en France. Cela a longtemps nuit à la qualité du pain servi. Aujourd'hui, les chefs ne jurent que par le bon sourcing des produits utilisés en cuisine, ils se doivent de faire le même effort pour le pain.

Lire

Cédric Grolet est à 31 ans l'étoile montante de la pâtisserie française. Chef pâtissier du Meurice, il a conquis les becs sucrés du monde entier avec ses fruits en trompe l'oeil, son travail sur la saison, les produits, l'agar-agar. Il est aujourd'hui suivi par près de 480 000 personnes sur Instagram.

Lire

L'expérience client. Cette formule est au coeur de toutes les réflexions, dès qu'il s'agit de penser la relation entre commerçant et consommateur. Le restaurant n'échappe évidemment pas au phénomène, même si ce n'est pas pour lui une nouveauté. Depuis qu'il a été inventé, en France à la fin du XVIIIe siècle par des cuisiniers chassés des grandes maisons familiales où ils officiaient en privé, le restaurant n'a cessé de renouveler son cadre, son accueil, son service, sa cuisine.

Lire

Mercredi 22 mars 2017, 10h30. Au 19 de la rue Lauriston (Paris 16e), la brigade s'active en cuisine pour un repas test et la mise en place du futur premier vrai service. Dans la salle, un capharnaüm de chaises et de tables sens dessus dessous. Il faut faire de la place, les banquettes viennent à peine d'être livrées par le Cabinet Renards, créé par l'ancien footballeur international et joueur de la Juventus, Jonathan Zebina. Cardiaque s'abstenir. Au milieu, Alan Geaam reste zen. Le lendemain, jeudi 23 mars, celui qui dirige déjà trois établissements (l'Auberge Nicolas Flamel, AG Saint-Germain et AG Les Halles), ouvre son premier restaurant de haute gastronomie, à son nom, un cocon à la déco épurée pour 20 couverts et un formidable rapport qualité-prix : 40 € le midi, 60 et 80 € le soir.

Lire

De son Brésil natal, elle a rapporté la générosité et le sens de l'accueil. Alessandra Montagne, formée par de grands maîtres (William Ledeuil, Adeline Grattard), est la cheffe-propriétaire du restaurant Tempero ("épices" en portugais).

Lire

Le 9 février 2017, on saura si Le Meurice récupère la troisième étoile que le Guide Michelin lui a retiré en 2016, après le départ du chef Christophe Saintagne, désormais à la tête de son propre restaurant, Papillon (8 rue Meissonier, Paris 17e). C'est l'un des objectifs de Jocelyn Herland, nommé à sa place par Alain Ducasse, qui dirige la restauration de l'Hôtel Le Meurice, propriété du groupe Dorchester Collection, comme celle du Plaza Athénée. Les deux hommes se connaissent bien, Jocelyn Herland est entré dans le giron ducassien il y a près de 20 ans.

Lire

Alexandre Bourdas vient de rouvrir son restaurant SaQuaNa** à Honfleur après neuf longs mois de travaux rendus nécessaires par la faute d’un défaut structurel. Une mésaventure dont il est sorti usé mais impatient de faire ce qu’il sait faire : la cuisine. Mais, au-delà du chef de cuisine, brillant élève de Michel Bras, dont les […]

Lire

En baptisant son nouveau lieu "Le Grand Restaurant", Jean-François Piège a voulu assumer une certaine idée de la cuisine, avec audace et sans fausse modestie. La référence au film avec Louis de Funès est là aussi pour désamorcer les soupçons de mégalomanie. Car la question mérite d'être posée : "qu'est-ce qu'une grande table ?" La définition d'autrefois, s'il y en avait une, vaut-elle aujourd'hui ? "Grande table" est-il synonyme…

Lire