Alan Geaam est originaire du Liberia, de parents libanais, et possède de la famille en Australie et aux Etats-Unis. Le virus du voyage lui a été inculqué très tôt, avec son corollaire, le mélange des cultures. Après avoir appris le métier en Italie et en République tchèque, il a posé ses valises en France à […]

Lire

Il servit le cerf d'un coup net, à la naissance du cou, la dague plantée là où la carotide palpite sous le poil court. L'écume blanche accumulée par la traque y avait gravé comme le ressac des vagues. Le sang jaillit, baignant l'air d'une odeur de fer. La tête bascula, les épois des bois fichés dans une touffe d'oxalis. Extirpé de l'animal dépecé, le cœur fut découpé en fines lamelles déposées sur une mousse aussi odorante que verte. Le fémur, pris en étau sous les coups répétés de deux grosses pierres, se brisa. Le chasseur se régala de la moelle tiède mêlée aux tranches de cœur infusées des arômes frais et boisés de la mousse et de l’oxalis. Ainsi il s'appropria l'âme du vivant. Ainsi le chasseur devint plus invincible encore, et dévora l'expérience de la proie.

Lire

On vous sert du kale ? Résistez. On ne saurait incriminer un légume. Le végétal est innocent et sans défense. Il ne peut pas s’enfuir devant le prédateur (vache, lapin, hipster). Ce n’est pas la faute du kale s’il a été sorti des clapiers pour devenir panacée, herbage qui donne du sens à la vie, et même projet. À ce propos, googlez the Kale Project, croisade d’évangélisation par le kale menée par une Américaine auprès des Français, trop sous-développés pour apprécier les superfoods comme substitut de la vie intérieure. Par quelle magie a-t-elle réussi à fourguer à nos chefs et à nos maraîchers cette crucifère sans intérêt, je n’en sais rien, mais les résultats sont là : les plumes vertes sont sur tous les marchés et dans les magasins bio, mais ce n’est pas le pire : après en avoir trouvé deux ou trois fois sur mon assiette au restaurant, je décide de pousser un grand cri.

Lire

Alexandre Bourdas vient de rouvrir son restaurant SaQuaNa** à Honfleur après neuf longs mois de travaux rendus nécessaires par la faute d’un défaut structurel. Une mésaventure dont il est sorti usé mais impatient de faire ce qu’il sait faire : la cuisine. Mais, au-delà du chef de cuisine, brillant élève de Michel Bras, dont les […]

Lire

"Organisée et solidaire." Ce n'est pas un slogan marketing mais une réalité pour le Comité interprofessionnel de Gestion du Comté (CIGC). Depuis sa création officielle, le 11 juin 1963 sous le nom de "Comité Interprofessionnel du Gruyère de Comté", les producteurs de lait (2 600 exploitations agricoles aujourd'hui sur trois départements : Doubs, Jura et Ain), les transformateurs (150 ateliers de fabrication appelés fruitières) et les affineurs (16 maisons) jouent collectif pour maintenir la qualité de leur fromage au lait cru à pâte pressée cuite, AOP depuis 1996, autant que leur qualité de vie…

Lire

Autodidacte, Alban Couturier devient photographe sur le tard, s'essaie aux reportages industriels avant de jouer avec liquides et transparences - une première approche picturale qui lui permettra de maîtriser la technique. Gourmet à ses heures, il comprend vite toute l'émotion que pourrait générer la photographie culinaire à laquelle il s'essaie.

Lire

Animé d'une passion dévorante et d'une furieuse envie de tout transformer, Daniel Baratier fait partie de ces chefs pour qui le vivant se traduit bien au-delà d'une pièce de boucherie catégorisée. Tantôt boucher, tantôt charcutier, sourceur à ses heures et cuisinier à plein temps, cet Annécien d'adoption se trace un chemin par lequel l'humanité prévaut sur la technicité, les voyages sur une inconcevable idée de confort.

Lire

Depuis près de 30 ans, François Pipala veille sur les clients de l'Auberge de Collonges, le restaurant triplement étoilé de Paul Bocuse. Sa longévité, son humanité, son savoir faire, lui ont valu de recevoir le prix du "Meilleur directeur de salle du monde 2016", mi-octobre à Venise, lors du congrès annuel des Grandes Tables du Monde.

Lire

Quand une Chinoise, une Japonaise et une Vietnamienne se rencontrent, elles auraient tendance à se méfier l'une de l'autre. Le poids de l'histoire, du désamour entre les nations, des préjugés alimentés par la méconnaissance. Mais quand elles se retrouvent autour d'une table, elles parlent nouilles. Elles découvrent les liens qui les unissent, les similitudes culinaires héritées d'une transmission à l'œuvre depuis des siècles, contrainte ou acceptée. Elles prennent aussi conscience des différences, fondées sur une géographie et des climats distincts, sur des traditions, qui elles aussi les rapprochent plus qu'elles ne les séparent.

Lire

Une séance chez le psy, des souvenirs qui remontent, des émotions qui affleurent, l’enfance, la formation, la vie d’adulte, la table, nous avons voulu mêler tout cela dans un programme court à la fois intime et léger, complice et gourmand. Annelyse Chardon, brillante finaliste de la Saison 3 de Masterchef (TF1), reçoit un invité, chef ou pas chef, pour qui la cuisine est indissociable de son existence, de sa personnalité. Denny Imbroisi, chef-propriétaire du restaurant IDA, à Paris, a courageusement accepté d’être le premier d’une série que nous espérons longue

Lire